Les techniques d'anesthésies

Anesthésie
Anesthésie générale
Anesthésie loco-régionale
Rachi-anesthésie
Anesthésie péridurale
Anesthésie loco-régionale périphériques : bloc nerveux
Bloc du plexus brachial
Sédation
Anesthésie locale



L'anesthésie

    L'anesthésie est un ensemble de techniques permettant la réalisation d'un acte chirurgical, médical ou obstétrical en supprimant ou en atténuant la douleur.


L'anesthésie générale : A.G.

Définition

    L'anesthésie générale est un état de narcose accompagné d'une diminution des réactions neurovégétatives et d'une altération transitoires des fonctions respiratoires et cardiovasculaires. Ses objectifs sont la perte de conscience, l'absence de douleur et le relâchement musculaire.

Réalisation de l'anesthésie générale

    L'anesthésie générale se compose de trois étapes :


L'anesthésie loco-régionale : A.L.R.

Définition

    L'anesthésie loco-régionale est une abolition transitoire de la conduction nerveuse dans un territoire corporel prédéfini. Elle peut être médullaire (rachi-anesthésie, anesthésie péridurale), périphérique (bloc plexique, …) ou locale.

    Les techniques d'anesthésie locorégionale ont donc pour but d'interrompre transitoirement la transmission des messages douloureux le long des structures nerveuses, tout en préservant l'état de conscience du patient.

    Les anesthésiques locaux provoquent un blocage non sélectif et réversible des fibres nerveuses : ils interrompent la conduction nerveuse non seulement sur les fibres sensitives, mais aussi sur les fibres motrices. Il s'ensuit un blocage portant à la fois sur la sensibilité et sur la motricité, à des degrés variables dépendant du site d'injection, de la quantité administrée et de la nature de l'agent anesthésique utilisé.

Les différentes anesthésies loco-régionales


La rachi-anesthésie

Définition

    La rachi-anesthésie est une anesthésie loco-régionales péri-médullaire. C'est l'injection dans le canal rachidien, plus précisement, dans l'espace sous-arachnoïdien d'un anesthésiant local qui en se diffusant dans le liquide céphalo-rachidien (LCR), anesthésie la partie inférieure de l'abdomen et les membres inférieurs.

Anatomie

    L'anesthésie rachidienne est réalisée en introduisant à travers l'espace interépineux une aiguille dans l'espace sous-arachnoïdien. Au niveau lombaire, l'espace  interépineux peut être nettement agrandi par la flexion du dos :la ponction peut être faite en L4 L5.

Réalisation de la rachi-anesthésie

Détermination du niveau souhaité d'anesthésie

    La connaissance de l’innervation  cutanée métamérique et de l’innervation végétative des différents organes facilite la détermination du niveau supérieur du blocage nécessaire pour chaque intervention. 


Site opératoire Niveau cutané minimal suggéré pour la rachianesthésie
  Extrémités inférieures D12
  Hanche D10
  Vagin/Utérus D10
  Vessie/Prostate D10
  Testicules/Ovaires D8
  Région sous mésocolique D6
  Région sus mésocolique D4


L'anesthésie péridurale

Définition

    L'anesthésie péridurale est une anesthésie loco-régionales péri-médullaire. Elle est réalisée par l’administration d’un anesthésique local dans l’espace péridural, en injection unique à l’aiguille ou par des injections répétées au travers d’un cathéter. 

    L’installation est plus lente et le blocage moteur et sensitif moins puissant qu’au cours de la rachianesthésie, malgré l’injection d’un volume plus important d’anesthésiques locaux. De par cette installation plus lente, les effets cardiovasculaires sont beaucoup moins brutaux. Les céphalées ne surviennent qu’en cas de brèche dure-mérienne accidentelle.

Anatomie

    L'anesthésie péridurale peut être réalisée à n'importe quel niveau du rachis, l'anesthésie péridurale se pratique en général entre L2 et L5, du fait de l'absence de risque de lésions médullaires traumatiques.

    Le blocage le plus intense et le plus rapide est obtenu au point deponction, à partir duquel il s'étend vers le haut et vers le bas. On peut donc avoir un blocage segmentaire, laissant persister les sensations de part et d'autre des segments bloqués.

Réalisation de l'anesthésie péridurale

Détermination du niveau souhaité d'anesthésie

    La connaissance de l’innervation  cutanée métamérique et de l’innervation végétative des différents organes facilite la détermination du niveau supérieur du blocage nécessaire pour chaque intervention. 


Site opératoire Niveau cutané minimal suggéré pour l'anesthésie péridurale
  Extrémités inférieures D12
  Hanche D10
  Vagin/Utérus D10
  Vessie/Prostate D10
  Testicules/Ovaires D8
  Région sous mésocolique D6
  Région sus mésocolique D4


L'anesthésie loco-régionale périphériques : Le bloc nerveux

    Le bloc nerveux est l'injection d'un anesthésiant local dans les blocs des nerfs, au niveau des gaines, grâce à des repères anatomiques et des stimulations pour trouver les nerfs à anesthésier et bloquer l'influx nerveux.

    Les anesthésiques locaux peuvent aussi être injectés au niveau des plexus ou des troncs nerveux, ou de façon plus distale par infiltration des ramifications nerveuses.

Bloc des membres supérieurs

    La ponction se fait au niveau du cou  ou/et du bras, grâce à un repérage par stimulation électrique. 

    Il est important de savoir qu’à la levée du bloc, la réapparition de la douleur peut être brutale et qu’il faut, de ce fait, administrer les antalgiques avant la réapparition de la douleur.

Bloc des membres inférieurs


Le bloc du plexus brachial

Définition

    Le bloc du plexus brachial est réalisé par une injection unique au sein de l’espace fibreux qui contient le plexus brachial et l’artère axillaire.

    Le plexus est responsable de toute l’innervation motrice et de presque toute l’innervation sensitive du membre supérieur, la sensibilité de la partie supéro- interne du bras étant assurée par le nerf  intercosto-brachial et celle de l’épaule par le plexus cervical.

Anatomie 

    L’espace fibreux qui contient le plexus brachial et l’artère axillaire, est formé à son origine par une extension du fascia pré-vertébral qui s’étend des muscles scalènes jusqu’à l’extrémité  de l’aisselle où il devient la gaine axillaire.

    Le plexus brachial est formé par l’union des racines antérieures issues de C5 à C8 et D1. Les 5 racines fusionnent pour former 3 troncs primaires qui se divisent secondairement en branches, puis en nerfs terminaux. Il existe des rapports anatomiques étroits entre les troncs secondaires et l’artère axillaire.

Réalisation du bloc

    Le bloc nerveux se fait par l'injection d'un anesthésiant local dans les blocs des nerfs, au niveau des gaines, grâce à des repères anatomiques et des stimulations pour trouver les nerfs à anesthésier et bloquer l'influx nerveux.

    Le garrot est l'injection d'un anesthésique local imprégnant par voie intraveineuse un segment d'un membre isolé de la circulation générale par un garrot artificiel, après qu'il ait été vidé de son sang.


La sédation

    La sédation est la suppression de ce qu'il y a d'excessif dans les réactions d'un organisme ou d'un type d'organe. C'est une anesthésie sous forme d'apaisement par des sédatifs, avec la conservation des fonctions respiratoires.


L'anesthésie locale

    L'anesthésie locale est l'atténuation voire l'abolition de la douleur par blocage des terminaisons nerveuses.


MAJ:19/02/2009



Bibliographie additionnelle aux cours infirmiers d'origines

Accueil  |  Sciences infirmières  |  Soins et techniques  |  Pharmacologie et Thérapeutiques  |  Examens biologiques Examens médicaux
Mentions légales  |  Contact  |  Version imprimable
© Soins-Infirmiers.com tous droits réservés 
design : xgraphik.com modifié par M. Pitte