Le paludisme

Définition
Mode de transmission
Cycle parasitaire
Signes cliniques
Diagnostic biologique
Traitements
Prophylaxie



Définition

    Le paludisme ou malaria est une maladie infectieuse dû à un parasite unicellulaire du genre plasmodium, transmise par des moustiques femelles du genre anophèle.

    Il existe 4 espèces de plasmodium ou agents du paludisme humain :


Mode de transmission

    Alors que les moustiques mâles se nourrissent du nectar des fleurs, les femelles hématophages piquent, un repas sanguin nécessaire pour assurer la maturation des œufs.

    La transmission n’est possible que dans les régions où il existe des anophèles vecteurs.


Cycle parasitaire

    Les plasmodium subissent un cycle biologique complexe. Ils évoluent chez l’homme et chez l’anophèle.

Chez l’homme

    Les plasmodium subissent une évolution en deux phases chez l’homme :

    La lyse des globules rouges correspond à l’acmé de la fièvre.

Chez l’anophèle

    Lors d’une piqûre chez un paludéen, le moustique absorbe les éléments parasitaires sanguins. Seuls les gamétocytes, après fécondation vont générer les sporozoïtes (formes infectantes) qui seront à leur tour inoculés à l’homme.


Signes cliniques

    Les signes cliniques sont différents selon la gravité de la maladie.

Accès palustre de primo-invasion

    La fièvre apparaît brutalement en quelques heures, on retrouve les signes de la fièvre : frisson, sueurs, céphalées.

    Ces symptômes peuvent porter à tord son diagnostic en état grippal. C’est pourquoi tout symptôme fébrile au retour d’une région d’endémie palustre doit faire penser au paludisme. Cet accès palustre est considéré comme simple car il n’est associé à aucun signe de gravité. Il s’agit de signes cliniques et biologiques.

Accès pernicieux  palustre ou neuro-paludisme

    Le neuro-paludisme est une urgence médicale.

Plan physiopathologique

    Multiplication rapide et massive des plasmodium falciparum dans les capillaires viscéraux du cerveau, mais du cœur, foie, poumons et reins entraînant une hypoxie (diminution de la quantité d’oxygène apporté dans les tissus par le sang) de ces viscères.

Plan clinique


Diagnostic biologique

    Le diagnostic biologique repose sur la mise en évidence du plasmodium dans le sang :


Traitements

    La mise au point d’un vaccin est difficile par la complexité antigénique du parasite.

Palustre simple

    Le choix thérapeutique se limite à 3 antimalariques :

    Si la souche plasmodiale est issue d’Asie ou d’Amérique du sud, on associe à l’antimalariques de la doxycycline.

Palustre  pernicieux


Prophylaxie

    La prévention est basée sur 3 actions :


MAJ:01/03/2009


Voir aussi :


Accueil  |  Sciences infirmières  |  Soins et techniques  |  Pharmacologie et Thérapeutiques  |  Examens biologiques Examens médicaux
Mentions légales  |  Contact  |  Version imprimable
© Soins-Infirmiers.com tous droits réservés 
design : xgraphik.com modifié par M. Pitte